8 conseils pour bien publier un post LinkedIn [Checklist]

Temps de lecture, 6 Min Maxime Parra, 03/06/2021

En tant que professionnel, LinkedIn représente le réseau social idéal pour étendre votre thought leadership à une communauté toujours plus large, dans le but de renforcer votre image de marque. 

Néanmoins, pour gagner à ce jeu, encore faut-il en connaître les règles : c’est pourquoi nous vous proposons 8 astuces pour produire des posts visibles, attrayants et aptes à conserver l’attention de votre audience sur LinkedIn.

Comment publier un post LinkedIn

#1 Respecter la limite de 700 caractères

Nombre de réseaux sociaux font de la concision une priorité et LinkedIn, bien qu’étant un réseau social professionnel, ne fait pas exception à la règle. Rédiger un post LinkedIn percutant, c’est donc avant tout rédiger un post court.

700 caractères représente le maximum autorisé par LinkedIn. Pour développer davantage vos idées, vous pourrez néanmoins publier un article LinkedIn.

#2 Utiliser la “césure” en votre faveur

Pour aller plus loin dans l’impact de votre message, gardez également à l’esprit que seuls les 140 premiers caractères de votre publication sont directement visibles : ce n’est que si le lecteur désire en savoir davantage qu’il pourra prendre la décision de cliquer sur “Voir plus” et accédera ainsi aux 700 caractères du post complet.

Autrement dit, vous devez capter l’attention sur ces 140 premiers caractères. Soulignez les enjeux que soulève votre post, donnez un avant-goût de sa valeur ajoutée, attisez la curiosité… Tous les moyens sont bons pour inciter le lecteur à en apprendre davantage.

Attention

Parce qu’il n’y a rien de pire qu’une fausse promesse, le “clickbait” contenu dans vos 140 premiers caractères doit bel et bien laisser place à une idée forte, novatrice, originale, sans quoi votre crédibilité en pâtira.

Pour plus de propreté, il est parfois de bon ton de sauter une ligne après ces 140 caractères. Une telle mesure soigne la mise en forme de votre texte et renforce tout autant l’intérêt du lecteur pour votre publication que pour votre image.

#3 Des emojis, oui, mais avec parcimonie 😉

Humaniser votre texte tout en attirant l’attention du prospect : voilà un double intérêt attribué aux emojis, ce qui fait de leur utilisation une condition nécessaire mais non suffisante pour espérer vous démarquer de la concurrence.

Bon à savoir

Il existe de nombreuses banques en ligne telles que Emojipedia afin d’assortir vos posts LinkedIn d’emojis, et ce, gratuitement.

Pour autant, ces derniers n’ont aucunement vocation à remplacer votre contenu. Tout d’abord parce que la valeur ajoutée de votre message ne passera jamais par un smiley “clin d’œil”, d’autre part parce que ces derniers ne sont pas pris en charge par tous les terminaux. Il est donc important de garder à l’esprit qu’un emoji ne remplacera jamais votre texte, mais se contentera seulement de l’agrémenter.

L’idéal est finalement de vous cantonner à l’utilisation de deux, voire trois emojis au sein d’un même post. Ces derniers peuvent endosser plusieurs rôles, comme souligner le caractère urgent et important de votre contenu, ou illustrer la thématique abordée.

#4 Taguer les parties prenantes

Un contenu de qualité mais dénué de potentiel viral a de fortes chances de rester dans l’ombre. Afin de ne pas être ignoré par votre communauté et d’atteindre votre cible (y compris les influenceurs de votre secteur), le tag se doit d’être une pratique courante dans vos posts LinkedIn.

En utilisant l’arobase “@”, vous prenez l’initiative de taguer toute personne directement concernée par votre message : collaborateur, intervenant, conférencier, client “ambassadeur”… Vous vous assurez ainsi de donner davantage de visibilité à vos publications.

Parce que vous aurez ainsi identifié les contacts les plus susceptibles de partager à leur tour votre post, l’utilisation du tag est cruciale afin de vous faire une place de renom au cœur de votre réseau et de vous imposer en tant qu’expert dans votre domaine.

Bon à savoir

Le tag est un excellent moyen d’atteindre vos cercles de contacts plus lointains, auxquels vous auriez difficilement accès autrement.

Hashtags sur un post LinkedIn

Exemple de post LinkedIn avec hashtags

#5 Penser aux Hashtags

Outre les contacts identifiés par le @, il vous est possible d’identifier dans vos posts certains événements (salons, conférences, foires…) ainsi que des thématiques plus larges touchant au domaine d’activité de votre entreprise : c’est là tout l’enjeu du hashtag “#’.

Positionné de préférence en fin de post LinkedIn, cet outil vous permettra de connecter votre publication aux sujets qu’elle aborde, lui donnant encore davantage de visibilité dans ces mêmes thématiques.

On utilise en moyenne trois hashtags consécutifs en fin de post. L’idéal est que ceux-ci soient complémentaires : l’utilisation d’un hashtag thématique, d’un hashtag communautaire et d’un hashtag événementiel permet par exemple de couvrir une plus large communauté sur LinkedIn.

#6 Éviter les liens sortants

LinkedIn est un réseau social professionnel. À cette fin, la plateforme privilégiera toujours un contenu à forte valeur ajoutée plutôt qu’un contenu commercial.

Parce que la conversion de vos prospects sur LinkedIn doit passer par la démonstration de votre expertise, les liens sortants vers votre site ou blog sont pénalisés par le réseau social ; ils sont donc à bannir de vos pratiques. Il est d’usage de rédiger un premier commentaire à votre propre post qui se chargera de contenir votre lien lorsque nécessaire.

À noter

Vous pouvez, tout au plus, faire usage de liens externes au travers de posts à but commercial affiché (dont la fréquence de publication se doit de rester modérée).

La philosophie de conversion via LinkedIn implique en fait d’attiser la curiosité de vos lecteurs afin que ces derniers se rendent sur votre page LinkedIn (profil personnel ou page Entreprise), qui contiendra l’intégralité de vos Calls to action (CTA) commerciaux.

#7 Ajouter un média

Agrémenter votre post Linkedin de quelques emojis est une bonne pratique, certes, mais cela ne suffit pas nécessairement à ancrer le message que vous souhaitez transmettre dans l’esprit de vos contacts. Pour ce faire, l’utilisation de médias complémentaires est un atout majeur.

Image, vidéo, carrousel… Plusieurs supports sont à votre disposition afin d’étayer votre propos. Non seulement ces médias capteront l’attention de votre audience, mais ils pourront également présenter un intérêt pédagogique.

En effet, ces médias vous permettent d’ajouter une infographie, un schéma, un tutoriel ou tout autre support de présentation qui facilitera la mémorisation et la compréhension de votre propos.

#8 Choisir le bon timing

Certains horaires de publication obtiennent de meilleurs résultats que d’autres. Parmi l’éventail des réseaux sociaux existants, LinkedIn est un cas particulier puisque son contenu s’adresse aux professionnels.

Les horaires de publication les plus efficaces se trouveront donc plutôt en milieu de semaine et aux heures où l’intensité au travail est parfois moindre, à savoir :

  • le mardi, mercredi et jeudi ;
  • de 9h à 11h ;
  • de 12h à 14h (pause déjeuner) ;
  • de 17h à 18h (fin de journée).

Une fois vos horaires déterminés, il est primordial de vous y cantonner de la façon la plus assidue possible et ce, dans le but de fidéliser votre audience. En effet, ritualiser le jour et l’heure de publication de vos posts LinkedIn créera, sur le long terme, une habitude de consultation de la part de vos contacts.

De plus, se fixer une routine de Community management vous rendra disponible aussi bien pour publier que pour prendre connaissance des commentaires et y répondre dans les plus brefs délais. Une telle réactivité ne peut être que bien vue par votre communauté, tout comme par les algorithmes du réseau social.

Maxime Parra

Fondateur et rédacteur en chef de Syntax Finance