12 conseils pour bien publier un article SEO [Checklist]

Temps de lecture, 12 Min Maxime Parra, 03/06/2021

Nombre de littéraires au style captivant, comme de spécialistes aux connaissances reconnues, pensent être capables de produire un contenu SEO dont le référencement sera optimal ; malheureusement, bien que ces qualités soient fort utiles, elles ne sont pas toujours suffisantes.

Plusieurs règles propres à la publication d’un article SEO sont en effet à connaître afin de mettre toutes les chances de votre côté et de booster la visibilité de vos écrits. Voici nos 12 astuces pour vous guider dans votre processus de publication.

Rédiger et publier un article SEO

#1 Soigner la lisibilité de l’URL

Critère central pris en compte par les moteurs de recherche en termes de référencement, l’URL correspond à l’adresse web sur laquelle sera hébergée votre contenu. Chacun des termes présents dans les URL de vos articles seront donc déterminant pour le diriger vers l’audience adaptée.

Ainsi, privilégiez une URL brève et contenant les principaux mots-clés (keywords) que vous aurez identifiés en amont de la rédaction de votre article SEO. Ces mots-clés sont le pilier de votre URL et ne doivent en aucun cas être pollués par d’autres termes plus superficiels.

Sont donc à bannir de votre adresse URL :

  • les articles définis et indéfinis (le, un, des…) ;
  • les préfixes et suffixes superflus (5 façons de…) ;
  • les données susceptibles d’être obsolètes (2021, août…).

Bon à savoir

Là où votre article SEO peut être régulièrement mis à jour (c’est d’ailleurs une pratique conseillée), l’URL quant à elle demeure la même. Changer d’URL implique en effet de mettre en place un système de redirections au risque de voir votre article sombrer dans les abîmes de Google.

#2 Remplir soigneusement vos champs SEO

Si le contenu accessible pour l’internaute est la face visible de l’iceberg, la partie cachée de votre travail n’en est pas moins capitale : il s’agit notamment de renseigner de manière adaptée les champs SEO de votre article.

Outre les optimisations SEO de type “Rich snippets”, deux champs apparaîtront systématiquement sur la page de résultats Google :

  • le Titre SEO de l’article ;
  • la méta-description de l’article.
Titre SEO et méta-description d'un article SEO sur la page de résultats Google

URL, Titre SEO et méta-description visibles sur la page de résultats Google

Titre SEO

D’une longueur limitée en termes de pixels, le Titre SEO de votre article devra se cantonner à un maximum de 60 caractères ; ainsi, il devrait être lisible en intégralité sur les moteurs de recherche, quand bien même vous utiliseriez des polices plus larges (lettres capitales, par exemple).

Dans l’optique d’atteindre les Tops positions Google, voire le résultat 0, votre Titre SEO aura tout intérêt à contenir les mots-clés principaux au même titre que votre URL, et ceux-ci devraient être placés le plus tôt possible.

En complément de cela, certaines pratiques peuvent fournir des munitions supplémentaires pour espérer gagner en visibilité, à savoir :

  • utiliser des adjectifs mélioratifs (power words) ;
  • utiliser des parenthèses ou crochets ;
  • mettre à jour l’année de validité de votre contenu (par exemple : Guide 2021).

Attention

Dans ce dernier cas, il est important de mettre à jour de façon assidue le contenu de votre article SEO, afin de fournir des données actualisées à votre lectorat !

Méta-description

Concernant la méta-description, celle-ci ne devra pas dépasser les 155 caractères afin d’être intégralement lisible sur la page de résultats Google. Au-delà, votre texte risque fort d’être tronqué !

Plus étendue que le Titre SEO, la méta-description vous permet (comme son nom l’indique) de décrire le contenu de votre article tout en donnant un éclairage à l’internaute sur les bénéfices pratiques qu’il peut avoir à découvrir ce dernier.

Les mots-clés secondaires prévus dans votre stratégie éditoriale trouveront leur place dans ce champ SEO afin de cibler de multiples intentions satellites liées à votre thématique principale.

Bon à savoir

Si besoin et pour éviter toute troncature, il vous est possible de vérifier la longueur de vos champs SEO via l’aperçu de votre éditeur, ou encore via des outils en ligne développés sur mesure.

#3 Veiller à bien respecter le balisage des titres Hn

Par souci de clarté, Google pénalise lourdement les articles SEO dont la structure est trop brouillonne. Tout l’enjeu est donc d’articuler votre message de manière claire, afin que votre lecteur puisse se repérer facilement et trouver la réponse qu’il recherche au plus vite.

Dès lors, il est important de proposer un balisage propre et logique pour découper votre article SEO en plusieurs parties complémentaires.

Généralement, trois à quatre types de balise “Title” seront présents dans un article SEO :

  • Le Titre H1. Celui-ci doit être unique puisqu’il vise à intituler l’ensemble de votre article SEO. Un doublon serait pénalisé par Google.
  • Le Titre H2. Il s’agit du sous-titre qui sera le fondement de la structure de votre article SEO. Il doit idéalement apparaître au moins 3 fois dans le fil de la lecture ;
  • Le Titre H3. Cette balise se retrouve au début de chacune des sous-sections des titres H2 et demeure facultative. Elle permet notamment de développer certains cas particuliers afin d’améliorer l’exhaustivité de l’information présentée.
  • Le Titre H4. Celui-ci est encore plus rare, et nécessaire uniquement dans les articles SEO les plus longs visant à aborder un sujet en profondeur.

#4 Ajouter une image à la Une de qualité

Outre l’information contenue dans votre article SEO, c’est l’image à la Une qui attirera, de prime abord, l’attention de vos visiteurs sur votre Blog, celle-ci se doit donc d’être particulièrement bien choisie.

Au-delà de la thématique traitée, votre image devra ainsi respecter plusieurs critères :

  • être chargée au bon format, bien que souvent au format .jpg, l’image peut, selon les besoins, être mise au format .png (fond transparent) ou WebP (format optimisé pour le web) ;
  • être allégée et qualitative, l’idéal est d’atteindre un compromis entre la définition de l’image (sa qualité) et son poids, afin de réduire au maximum le temps de chargement de votre page ;
  • être bien dimensionnée, selon la taille de votre emplacement et le support de visionnage (ordinateur, tablette, smartphone), les dimensions seront variables, il est donc nécessaire de prévoir cette contrainte pour charger une image déjà adaptée à votre site ;
  • être en accord avec votre image de marque, définir et respecter une charte graphique rendra chacune de vos images à la Une identifiable par votre audience et sera donc gage de l’expertise qui est la vôtre.

Enfin, votre image se doit d’être correctement balisée : veillez à renseigner le “Titre image”, l’attribut “Alt-text” mais aussi le nom du fichier, dont l’importance est trop souvent sous-estimée en termes de référencement SEO…

Bon à savoir

On évitera les images trop stéréotypées. Bien que l’idéal soit de prendre vos propres clichés, il est tout à fait faisable de poster une image issue d’une banque en ligne comme Pixabay ou Unsplash (du moment que celle-ci ne montre pas deux collègues en costume se serrant la main avec un sourire artificiel !).

Exemple d'une image à éviter

Sourires crispés, mise en scène sommaire : voilà ce dont vous ne voulez pas !

#5 Attribuer la bonne catégorie et les bons tags

Bien que la structure ait une importance cruciale au sein de votre article SEO, celle-ci est également importante au niveau de l’architecture de votre site web, afin que l’utilisateur puisse se repérer et passer aisément d’un article à l’autre.

Pour ce faire, il est primordial de rattacher chaque nouvel article rédigé à la bonne catégorie (ce qui implique en amont de créer ces catégories de façon judicieuse, dans le cadre d’une stratégie éditoriale bien pensée).

Ainsi, l’internaute sera apte à retrouver des contenus connexes à votre article au sein de la même catégorie. De même, l’utilisation de plusieurs tags permet de donner une deuxième dimension de regroupement des articles ; grâce à eux, votre audience pourra plus facilement parcourir l’ensemble de votre blog.

#6 Vérifier le bon fonctionnement des liens

Votre site aura beau afficher une architecture à toute épreuve, si vos liens sont défectueux, tout ce travail aura été vain. Pour éviter la fameuse erreur 404, prenez donc le temps de vérifier rigoureusement chacun des liens de votre article.

Plusieurs options sont à prendre en considération selon la problématique traitée par chaque nouveau lien que vous créez, à savoir :

  • l’ouverture dans un nouvel onglet, dans le cas où vous souhaitez que le visiteur puisse par exemple continuer sa lecture tout en accédant au contenu du lien (une telle précaution augmentera le temps passé sur votre page, une donnée qui sera prise en compte et valorisée par Google) ;
  • la mise en valeur de votre appel à l’action (CTA), afin de différencier celui-ci des autres liens et d’attirer l’attention du lecteur (grâce à une couleur et une mise en forme particulières, par exemple), ce qui aura pour effet d’augmenter votre taux de conversion ;
  • l’assignation du bon attribut, selon si votre lien est un lien de maillage interne à votre site web (on optera alors pour un lien “dofollow” et donc pris en compte pour le référencement), ou un lien sponsorisé (on optera alors pour un lien “nofollow” afin d’éviter une pénalisation par Google).

#7 Peaufiner la mise en page

À moins d’avoir recours à une plateforme d’intégration de contenu comme Wordable dont les services seront généralement payants, le processus de copie de votre contenu depuis votre logiciel d’édition jusqu’à votre site web, par exemple via un Système de gestion de contenu (CMS) comme WordPress, est une tâche plus ardue qu’il n’y paraît !

Sauts de ligne et doubles sauts de ligne imprévus (surtout en fin d’article), disparition de vos effets de police (gras, italique, souligné), etc… La compatibilité entre les différentes plateformes laisse bien souvent à désirer.

Ainsi, faites preuve d’une réelle rigueur lors de l’importation de votre contenu. N’hésitez pas, notamment, à vérifier le rendu final via un aperçu avant publication.

Celui-ci devrait vous aider à éviter la moindre erreur de rendu et ce, selon :

  • le navigateur (Chrome, Firefox, Safari, Internet Explorer) ;
  • le support (ordinateur, tablette, smartphone) ;
  • les visuels utilisés (tableau, graphique, infographie, vidéo).

#8 Attribuer l’article au bon auteur

Dans le cadre d’une stratégie de publication régulière et à grande échelle, il est probable que plusieurs rédacteurs internes ou externes à votre entreprise soient impliqués dans le processus de rédaction. Pour autant, il est nécessaire de trancher quant à l’auteur officiel associé à votre article.

Selon la politique de communication de votre société, il est parfois préférable d’associer une unique personnalité à la rédaction de l’intégralité des articles. Une  telle méthode renforcera la confiance des utilisateurs envers votre image de marque à travers une figure reconnue.

À l’inverse, partager le profil de plusieurs rédacteurs peut également présenter des avantages pour votre entreprise : en effet, associer un visage pour chaque catégorie (thématique) de votre site web donnera au lecteur la sensation d’avoir affaire à des experts, chacun spécialisé dans son domaine.

#9 Planifier la publication à l’avance

En complément de votre fréquence de publication, Google aura tendance à apprécier un contenu posté de manière régulière : montrez donc votre professionnalisme aussi bien à votre audience qu’au moteur de recherche en sélectionnant des jours et horaires fixes de publication.

De cette façon, vous créerez une attente chaque semaine chez votre lectorat tout en faisant preuve d’un sérieux reconnu. Publier systématiquement certains types d’articles SEO le même jour, à la même heure, fait naître une habitude qui fidélisera une bonne partie de votre audience.

#10 Prévenir Google pour gagner du temps

Afin de publier votre contenu dans la plus parfaite collaboration avec Google, il est possible de passer par la Search Console (outil personnalisé du moteur de recherche) dans le but de notifier ce dernier quant à la publication de vos contenus les plus récents.

En outre, chaque mise à jour de vos articles SEO se doit d’être prise en compte au plus tôt afin d’alerter Google de la régularité de votre travail, et de marquer des points dans la course au référencement.

#11 Actualiser vos outils de content management

Derrière un simple article SEO bien rédigé, se cache toute la mécanique d’une stratégie éditoriale bien huilée. Parce que celle-ci prend tout son sens sur le long terme, il est important de l’actualiser régulièrement et si possible, de façon automatisée sur des outils tels que Monday.

Deux outils de pilotage sont notamment à entretenir :

  • votre cartographie (cet outil regroupe l’ensemble de vos contenus existants en les répertoriant par catégories et sous-catégories) ;
  • votre calendrier éditorial (cet outil regroupe l’ensemble de vos contenus en attente de rédaction et/ou publication).

#12 Anticiper les prochaines actions !

Les outils de pilotage servent non seulement à la planification, mais également à l’analyse des performances de vos articles SEO déjà publiés. Dans cette optique, il est judicieux de poser plusieurs jalons qui serviront d’échéance pour vérifier les données de vos contenus.

Temps de consultation, taux de rebond, nombre d’interactions par page… Diverses statistiques peuvent être prises en compte pour mesurer la réussite de votre stratégie.

Au terme de l’échéance fixée (nous vous recommandons de procéder à cette analyse au moins tous les six mois), plusieurs décisions peuvent être prises :

  • actualiser l’article ;
  • approfondir l’article ;
  • illustrer ou animer l’article ;
  • conserver l’article en l’état.

Dans l’idée de prendre les bonnes décisions le moment venu, il est nécessaire d’avoir fixé au préalable vos Indicateurs clés de performance (KPI). Ainsi, toute modification apportée à un article SEO se fera dans un but précis et mesurable.

Google Search Console

Accueil vers l’ouverture de Google Search Console

Maxime Parra

Fondateur et rédacteur en chef de Syntax Finance